L’ANAFOOT VA EN GUERRE CONTRE LA VIOLENCE A L’ENDROIT DES ARBITRES

La 16è journée de football de première division du Togo a été obscurcis par les malheureux événements de violences constatées à Kabou et à Dapaong. Dans les deux localités, le corps arbitral a été pris à partie par des supporters non content des décisions arbitrales. Quand à Kabou on dénonce un hors jeu inexistant, à Dapaong on dénonce un but des visiteurs (DYTO, ndlr) non réglementaire au goût des supporters de FOADAN. Dans tous les cas rien ne peut excuser la barbarie envers le corps arbitral sur un terrain de football.

Ces incidents ont été d’une telle violence que certains membres du corps arbitral sont hospitalisés pour coups et blessures notamment Mme MOUZOU Aline, arbitre assistante lors du match GBIKINTI-GOMIDO.

Saisi du dossier, l’Association Nationale des Arbitres de Football du Togo (ANAFOOT) s’est fendu d’un communiqué ce lundi 11 février 2019, demandant aux arbitres de ne pas répondre aux convocations pour la prochaine journée de championnat D1, D2 et des matchs régionaux.

Cette décision forte si elle vient à être appliquée; va paralyser toutes les activités liées au football organisées par la FTF et les Ligues. Il urge que la Fédération et le Ministère prennent en charge le dossier le plus rapidement possible pour un dénouement heureux et une reprise des activités dans la sécurité pour tous les acteurs. Il faut que le Ministère de la Sécurité se saisisse du dossier pour traquer et traduire en justice les auteurs des actes de violences sur nos terrains de football. Nous lançons aussi un appel aux dirigeants des différents clubs à procéder à des séances de sensibilisation de leurs supporters pour éviter de tels actes lors de matchs de football.

Footchronique souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
www.000webhost.com